Je suis un thérapeute, mais je suis aussi un humain

Par Meredith Futernick

Note de l'éditeur: Nous étudions les relations depuis quatre décennies, mais nous avons encore beaucoup à apprendre. À travers les histoires individuelles et les expériences partagées dans Real Relationships, nous visons à brosser un tableau plus réaliste de l'amour dans le monde d'aujourd'hui. Les points de vue, pensées et opinions exprimés dans cet article n'engagent que l'auteur et ne sont pas nécessairement basés sur des recherches menées par The Gottman Institute. Soumettez votre histoire de relation réelle ici.

"Pouvez-vous s'il vous plaît cesser d'être un thérapeute maintenant?" Ma femme a demandé. Je savais exactement ce qu'elle voulait dire, même si je ne voulais pas l'admettre. «Je ne fais que pratiquer une communication saine» a été ma réponse. Mais bien sûr, je ne pratiquais pas une communication saine. J'étais sur la défensive et j'ai été fermée. Arrêter est mon préféré. C’est ce qui est confortable pour moi. C’est ainsi que je me suis protégé toute ma vie. En tant que thérapeute, j'ai appris à faire en sorte que des mots productifs me sortent de la bouche même lorsque je me sens renfermé. Mais il peut être très difficile de «désactiver le thérapeute» dans ma propre relation. Surtout pendant le conflit. Surtout avec un cerveau plein d'entrainement Thérapie Gottman Méthode Couples (Niveau 1 et Niveau 2). Quand je m'arrête vraiment pour regarder, les «mots productifs» qui me sortent de la bouche lors d'un désaccord avec ma femme peuvent être blessants et condescendants. Sous le prétexte d'une «communication saine», je détruisais ma propre relation.

Avant d’être thérapeute, je ne savais vraiment pas que les thérapeutes étaient des êtres humains. Évidemment, ils respirent, parlent et mangent comme tout le monde, mais j'avais toujours mis mon thérapeute et mes collègues sur un piédestal. En réalité, nous sommes tellement humains et avec toutes les heures consacrées à la formation et à la pratique, nos propres défauts sont amplifiés. Eh bien, je peux parler pour moi au moins. ma les défauts sont devenus assez amplifiés quand je suis devenu thérapeute. Toute cette conscience de soi et tout ça. Et ajoutez ensuite à cela une thérapie avec les couples, toute cette nouvelle prise de conscience des relations. Prise de conscience du dysfonctionnement que j'apporte dans mes propres relations. Prise de conscience du dysfonctionnement que je vois autour de moi.

L'autre chose, c'est qu'être un thérapeute est devenu une partie intégrante de mon identité. J'aime qui je suis quand je fais de la thérapie. Je commence une session et je suis tout à fait dans ma zone. Quand je suis en session, je me sens sans effort. Je suis totalement dans le moment avec mes clients, à l'écoute de ce qu'ils disent, de ce qu'ils ressentent. Et les mots coulent sans effort.

Mais que se passe-t-il quand vous ne pouvez pas l’éteindre? Il peut sembler que cela pourrait être potentiellement utile dans une relation. Mais ce que j'ai compris, c'est qu'être mon propre thérapeute de couple pour ma propre relation ne fonctionne tout simplement pas.

C’est incroyable de voir comment je peux identifier toutes les lacunes de mon partenaire avec les termes cliniques qui les désignent. «Je sais que votre réaction à ce que j'ai dit ne concerne pas vraiment moi, mais bien comment vous avez interagi avec vos parents quand vous étiez plus jeune. Nous appelons cette projection, vous savez. »Ok, oui, grande conscience, Meredith. Mais ne pas une chose utile à dire lors d'un désaccord. Je me suis retrouvé à dire des choses à ma femme que je ne dirais jamais à un client. L’éducation des thérapeutes et l’absence de filtre peuvent constituer une combinaison mortelle.

Psychobabble faisait tellement partie de mon langage et de mon processus de pensée habituels que je m'attendais à ce que ma femme soit du même avis. Elle gère des techniciens dans l'atelier de carrosserie d'un concessionnaire automobile. Pour mémoire, elle ne vient pas à la maison et ne me dit pas: «Meredith, vous devez vraiment réparer ce truc d'injecteur de carburant d'arbre à cames, ça m'énerve vraiment.» Est-ce qu'elle s'attend à ce que je comprenne son jargon mécanique? ? Non! Alors, pourquoi est-ce que je m'attends à ce qu'elle ait une compréhension approfondie de choses telles que la projection et la co-dépendance? Je veux dire, je suis allée à l'école pendant longtemps pour vraiment comprendre ces choses.

Donner un nom à des comportements tels que «critique» et «mépris» a un peu ressemblé à un coup de poing dans le ventre. Au cours de ma formation, je me suis dit: «Wow, ils me décrivent en ce moment.» Ce n’était vraiment pas un bon sentiment.

Cette fermeture que j’ai évoquée tout à l’heure, c’est ce qu’on appelle le "mur de pierre". Je réfléchis au nombre de fois où j’ai mis un terme à mes sentiments et à ceux de ma femme et suis revenu avec un commentaire sarcastique par rapport à la nécessité d’avoir raison. Combien de fois j'ai utilisé la technique «Je me sens ____ quand tu ____» à mon avantage et y ai mis ma propre petite tournure dysfonctionnelle. Cela pourrait jouer quelque chose comme ça:

Kathy: "Pourriez-vous s'il vous plaît prendre la poubelle?"

Moi: "Cela me donne l’impression que vous pensez que je ne fais pas assez de choses à la maison quand vous me demandez de sortir les poubelles."

Quelle? Ce n'est pas comme ça que ça doit fonctionner! C’était moi qui étais sur la défensive sous le prétexte d’exprimer ce que je ressentais. Ce n'est pas ok Et avoir la conscience et les outils ne suffit pas.

Cela a donc été mon parcours en tant que thérapeute de couple dans une relation à long terme. Honorer la conscience de soi en agissant. Je me suis efforcé d’honorer ce qui m’a été donné et de faire ensuite le travail que je dois accomplir. moi même. J'entends la voix intérieure me dire: "Tout ce qui t'ennuie chez quelqu'un d'autre est le reflet de quelque chose que tu n'aimes pas en toi." Aïe. La première chose à faire pour désactiver «le thérapeute» est donc de jeter un regard critique sur moi-même.

Ce travail intérieur m'a amené à de nouveaux niveaux d'acceptation concernant mes propres modèles et systèmes de croyance défaillants. L'essentiel, c'est que m'avoir effrayé de penser à qui je suis dans ma relation lorsque j'ai dénié le "thérapeute" et que je me suis permis de n'être que moi. "Est-ce qu'elle va encore m'aimer si elle me connaît vraiment?" Qui sommes-nous lorsque nous enlevons tous nos masques?

Parfois, j'essaie trop de dire toutes les choses «bonnes» et «saines» au bon moment. En tant que thérapeute, je suis censé tout savoir! Et en tant que thérapeute de couple, je suis supposée avoir la relation parfaite! Mais cela se traduit par être inauthentique. Soyons réalistes ici, personne ne répond authentiquement: "Comment vous sentez-vous?"

Et cela renvoie vraiment à la peur sous-jacente selon laquelle, d’une manière ou d’une autre, tout ne serait pas bien si je devenais tout à fait brut, complètement réel, complètement authentique. Donc, la deuxième clé pour désactiver le thérapeute consiste à laisser les choses se gâter parfois. Embrasser la vulnérabilité et les imperfections. Si je baisse ma garde, elle la baisse également. Parfois, ce n’est pas beau et c’est bon.

Et vous savez quoi d’autre que j’ai réalisé que c’était plutôt cool? Lorsque j’utilise véritablement et authentiquement les outils que j’ai avec les bonnes intentions, ils sont magiques. Utiliser l'humour de manière réfléchie change tout pour nous. Nous pouvons être plus ouverts et ludiques de cette façon.

Cela signifie que tout d’abord, j’accepte le fait d’être un thérapeute est une partie très importante de ma vie. Deuxièmement, j'accepte le fait que je ne vais probablement jamais être parfait pour fermer «le thérapeute» tout le temps. Troisièmement, je me soulage et me moque de moi. Cela ressemble à ceci:

Moi: "Ok, je vous préviens juste, le thérapeute va sortir maintenant."

Kathy: "Oh bon sang, on y va."

Et puis je continue à dire ce que je dois dire. Et on peut en rire parce que ça ne ressemble pas à une attaque.

Et voici la dernière (et peut-être la plus importante) clé pour l'éteindre. Je n'ai pas toujours besoin d'avoir raison. Oh, quel soulagement! Toute cette routine d’essayer d’être parfaite peut être très stressante! C’est bien de la laisser être aussi parfois l’expert en relations amoureuses. Après tout, elle représente 50% de cette relation. Je n'ai pas besoin d'avoir toutes les réponses. Et dieu merci pour cela!


Abonnez-vous ci-dessous pour recevoir nos articles de blog directement dans votre boîte de réception.

Plus dans Colonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut